top of page

Souffrez-vous de la blessure du Rejet ?




Suite à mon article Comment identifier la blessure d'âme qui domine votre vie, j'avais l'envie de vous en faire découvrir plus sur chaque blessure d'âme.

Je vais vous les présenter dans l'ordre qu'elles se créent, c'est à dire de la conception jusqu'à l'âge de 4 - 6 ans.


Nous commençons avec la blessure d'âme du rejet.


  • Quels sont les comportements liés à la blessure du rejet :


Si vous possédez cette blessure, vous rechercher à être compris(e) par votre entourage, à recevoir l'approbation de vos proches pour vous valoriser et vous rassurer. Depuis que vous êtes enfant, vous avez besoin de vous sentir utile. Comme-ci vous deviez justifier votre existence en apportant quelque chose aux autres.


Cela provient de la petite fille ou du petit garçon que vous avez été qui ne s'est pas senti(e) accueilli(e), reconnu(e) ou désiré(e). Les raisons sont souvent lors de grossesses non désirées, lorsque les parents souhaitent un garçon et vous êtes une fille (vis et versa) et également lorsque la mère ressent des craintes d'avoir un enfant..


Vous étiez un(e) enfant plutôt solitaire, sage et qui ne prenait pas trop de place. Vous vous réfugiez dans un monde imaginaire riche et préféré vous isoler dans la nature ou dans votre chambre avec vos livres et vos jouets. Ces comportements ont développé votre sensibilité, votre côté artistique et fantasque. Vous êtes doué(e) pour rêver, écrire, l'art sous toutes ses formes et la défense de la nature et des animaux.


Vous avez tendance à vous sous-estimez et vous trouvez différent(e) et souvent incompris(e) de votre entourage. Vous préférez fuir la réalité lorsque celle-ci vous parait trop difficile ou cruel. Vous n'aimez pas être à la première place, ni attirer le regard. Vous êtes plutôt celle ou celui qui observe.


Votre souhait le plus cher : Un monde aimant et en paix !






  • Allons un peu plus loin et regardons ensemble comment cette blessure d'âme régit votre vie même une fois adulte :


  • Vous préférez vous isoler, vous avez l'impression d'être de trop ou transparent(e) en groupe.

  • Vous vous posez des questions existentielles. Pourquoi j'existe, ma mission ?

  • Vous avez tendance à vous réfugier dans l'imaginaire. Vous trouvez le monde cruel.

  • Vous avez du mal à être dans les taches quotidiennes, la matière, l'administratif...

  • Vous vous sous-estimez et les compliments vous mettent mal à l'aise.

  • Vous avez peur de perdre le contrôle, de paniquer, de ne pas être à la hauteur ou perdre vos moyens.



C'est aussi une blessure d'âme dans laquelle vous êtes le plus dans le déni. Reine ou roi de faire l'autruche, en mettant la tête dans un trou pour ne pas voir, en espérant que tout va se régler comme par magie ! Vous procrastinez ou fuyez, mais généralement, vous vous retrouvez dans des situations qui vont générer encore plus de stress car elles se sont empirées...


De nature hypersensible, vous êtes facilement impressionnable et déstabilisé(e) par les évènements brusques et imprévisibles. Et c'est justement votre plus grande peur : de perdre le contrôle et de paniquer. Vous essayez de vous sur-adapter aux gens, à la vie sans montrer vos difficultés et sans demander de l'aide, car vous souhaitez ne pas déranger ! Ce qui peut générer du stress et de l'anxiété et vous donnez tendance à vous culpabiliser.


Cette blessure d'âme du rejet est avant tout une douleur d'enfance qui continue à vivre en vous. Il n'y a pas de jugement ou de culpabilité à éprouver. Elle n'est pas une fatalité, au contraire cette blessure du rejet comporte des trésors lorsqu’elle est guérie. Vous pouvez vous libérer de la douleur émotionnelle d’enfance et retrouver une vie authentique sans répétitions de schémas douloureux et vous reliez à votre joie de vivre libre de tout vos masques.


C’est le chemin de guérison que j’ai effectué et que je vous propose avec mon accompagnement en ligne.


N'hésite pas à me partager si vous vous retrouvez dans la blessure d'âme du rejet.


Chaleureusement,


Jessie







326 vues0 commentaire

Comments


bottom of page